Culture Plus

Graveurs

Cité Miroir 2017

 


Retour à la page

 Impression(s)

 

 






































































































































































































 








impression(s)

« d’improbables possibles »

La Cité Miroir   -   Biennale de la gravure 2017


Au bord de l'être, cerner ses contours.
A l'ombre du doute, pister nos désordres.
Passants éphémères dans un lieu qui nous est prêté,
nous déposons nos certitudes.
Demain, nous serons loin … Délit de fuite ?

L’identité de l’homme se définit-elle par ses limites ?
Des questions se succèdent en attente de réponses…
et les artistes s’interrogent encore sur d’improbables possibles… »


Le collectif d’artistes graveurs impression(s),  propose l'exposition « d’improbables possibles » à l’espace Rosa Parks de La Cité Miroir, dans le cadre de la Biennale de la gravure 2017, le rendez-vous incontournable à Liège pour les artistes graveurs, auquel le collectif Impression(s) a participé à de nombreuses reprises.




Avec les artistes du collectif Impression(s) : Geneviève CLOCKERS, Amalia DE LORENZI, Anne DOMINIQUE, Claudine EVRARD, Béatrice GRAAS, hantal HARDY, Audrey LO BIANCO, Véronique MARTINELLI, Vincent MEESSEN-BOVY, Colette SCHENK, René WELING, Andrée WELLENS


Contrairement à la particularité du collectif impression(s) qui est de favoriser les échanges entre artistes et de promouvoir des associations autour de projets (en duo, trio et certains partagés parfois par douze intervenants), les oeuvres de cette exposition sont, sans exceptions, des oeuvres individuelles réalisées par les artistes dans leurs ateliers respectifs.




Cependant, comme l'explique dans son introduction Vincent Meessen-Bovy, son président actuel,  le collectif y travaille depuis plus d’un an et les réunions du groupe se sont succédées à un rythme soutenu depuis la clôture de la biennale précédente :

"Si chacun conçoit aisément qu’un artiste est avant tout un observateur et sans nul doute également un consommateur d’images, il est moins aisé de comprendre la genèse d’un travail graphique et l’articulation de tous les facteurs qui interviennent dans l’élaboration d’un langage personnel. Et pourtant, une phase essentielle permet de donner du sens à ce chantier qui démarre généralement par un magma chaotique... La verbalisation.
Les mots désignent ! Les mots ciblent ! Ils cristallisent des émotions et prennent corps afin que les images se livrent à leur tour. Alors, les artistes se nourrissent les uns les autres de phrases, ils se les approprient réciproquement et les reformulent ou les recrachent sous d’autres signes…"





"Si ces signes prennent parfois la forme d’un langage explicite où l’on re-connaît des éléments du monde visible, ils résonnent avant tout tels de précieux échos constituant un langage personnel et foncièrement implicite.On y retrouvera côte-à-côte la capacité à s’indigner et une certaine disposition à s’émerveiller. Dans tous les cas, ce langage sera le fruit d’un regard singulier sur le monde qui nous entoure dans lequel chacun désir être un acteur ne serait-ce que pour laisser une trace, une empreinte, une impression !"




Exposition du 23 mars au 21 avril 2017
à La Cité Miroir, 22 place Xavier Neujean à 4000 Liège
www.citemiroir.be





Photos de Véronique MARTINELLI

 
Textes et reproductions d'oeuvres restent la propriété de l'asbl Culture Plus et des artistes et ne peuvent être utilisés sans leur autorisation.