Culture Plus

 Graveurs

Chantal HARDY : Griffes

 

 

 

Retour à la page


Chantal HARDY



 




 



C h a n t a l   H a r d  y   s o r t   s e s   g r i f f e s.
_________________________________________________


Universelles et contemporaines, elles zèbrent le plexi avant de se poser sur le papier, les griffes de Chantal Hardy se veulent une métaphore du flot continu d'épreuves que traverse notre quotidien. Telles les flèches acérées d'une pluie dense chassée par un vent mauvais, elles transpercent ensuite nos chairs pour laisser leurs empreintes au plus profond de nos entrailles et finissent en strates enkystées au creux de nos âmes.

Ce tableau peu réjouissant, l'artiste en a fait, au féminin, le thème récurrent de ses créations. Après l'avoir déclinées en formes épurées pour n'en garder, en lithographie, qu'une silhouette évocatrice de la condition la plus commune de femme, ses oeuvres ont cédé le pas à la sculpture en acier, avant de revenir aux premières amours : l'artiste est avant tout graveur.

Elles reprennent à présent le chemin de la presse, de l'encre noire et du papier blanc pour s'accrocher aux cimaises en grands tirages, cette fois striés d'obliques rageuses, au détours desquels émerge, ça et là, un coeur stylisé, du rouge de l'amour, comme seule planche de salut aux maux qui nous harcèlent. On y découvre entre autres, au fil des arcanes que prend l'artiste pour conjuguer ses griffes en divers modes, un jeu de gravures inversées où extérieurs et intérieurs s'interpellent en un rapport de cause à effet ou encore une installation où le spectateur lui-même est invité à entrer dans l'oeuvre et finit par s'y intégrer dans une projection d'ombres et de lumières.

Mais attention aux apparences, les coups de griffes de Chantal Hardy pourraient tout aussi bien cacher un gros coup de coeur. A condition de le découvrir.

Louis Simaÿs, automne 2013.

















C h a n t a l   H a r d y    p a r   A n n a   O z a n n e
________________________________________________

La pratique de Chantal Hardy se caractérise par l'imposition de fines mais profondes entailles dans la plaque de gravure, violence d'un geste pleinement maîtrisé par l'entraînement de la pratique. Cette colère est incluse dans la technique même. Chantal Hardy questionne depuis longtemps l'équilibre fragile entre l'agir et le subir, préexistant et ultérieur, induit par la violence dans l'espace privé et public, à travers la société et les actualités. L'espace griffé constitue bien souvent la matière première de ses travaux, la matière subit l'artiste.


Il s'agit de puiser toute la force contenue dans la colère pour la convertir en dynamique créatrice, générative d'autre chose que l'agressivité, renversement du processus. La violence n'est pas là qu'en représentation, l'œuvre en est une forme de trace. Elle y sommeille, dynamique et passive, le doute rode. Un possible retournement et les figures risquent d'être bouleversés. Et c'est précisément ce qui se passe. C'est délibérément ce risque, cette tension que Chantal Hardy choisit de ne pas résoudre.




L'artiste déploie une partie du lexique propre à la gravure en l'appliquant à l'espace même de l'exposition. L'œuvre se présente comme une installation dans laquelle le visiteur devient acteur, pris entre la surface gravée, griffée et les rayons de lumière rouge. La projection, qui s'apparente ici à un procédé immatériel pour imprimer, grave le temps du passage dans l'installation, une série de mots sur les corps. Ces corps, imbriqués dans l'espace social, le sont ici, dans l'œuvre, pris dans cet espace en représentation, espace dans lequel se côtoient espoir et déchirement. L'artiste revendique un vocabulaire de la résistance, aux symboles et termes volontairement désuets car trop utilisés, qu'elle réactualise comme représentation d'actions, de positions face à la violence et au repli, équilibre délicat. C'est la deuxième rencontre de la dimension engagée du travail de l'artiste.


Motifs récurrents de l'œuvre de Chantal Hardy, des silhouettes féminines se détachent, elles aussi prises dans ce va-et-vient entre défense et repli, fragilisées et enfermées, ou protectrices à d'autres moments, constituant les piliers d'un espace. Le travail de Chantal Hardy est truffé d'oppositions, de contradictions plastiques entre forme et fond, matériaux et sens, vides et pleins. Ainsi, fragilité et délicatesse du papier de soie et des tons pastel viennent donner le change à la rudesse de la griffe, à la figuration naissante, entre les épaisseurs de la matière. Un bandeau pour laisser passer les yeux, doux confinement, insupportable enfermement se laisse entrapercevoir.



 













 

 

Textes et reproductions de gravures restent la propriété de l'asbl Culture Plus et de l' artiste et ne peuvent être utilisés sans leur autorisation.