Culture Plus

  Peintres

Eliette GOUHIE

 


Retour à la page


Accueil


 


























































































Retour au Sommaire de la page























































































Retour au Sommaire de la page
















































































































































Retour au Sommaire de la page















 


Eliette GOUHIE

Peintre

Rue Longue Hayoulle, 10/28

4620 Fléron

Tél : 04/ 358 61 18

eliette.gouhie@skynet.be



S o m m a i r e
____________________________







F o r m a t i o n
____________________________

  • Diplômée de l'Académie Royale des Beaux- Arts de Liège en peinture et histoire de l'Art.
  • Formation complémentaire lors de stages, notamment avec Juliette Rousseff.
  • Cours de dessin près de Christian Otte.

































E x p o s i t i o n s   i n d i v i d u e l l e s
_____________________________________________


  • Limbourg-Haut “à l’ARVO”, 2014
  • Liège, Cinéma Churchill, 2011
  • Liège, Amour Maracas et Salami, 2007
  • Esneux, Arlecchino, 2005
  • Liège, Cinéma Churchill, 2004
  • Soumagne, Galerie de Wégimont (salle 3), 2004
  • Liège, Espace Marx, 2003
  • Liège, Banque Dexia, 2001
  • Verviers, Grand Hôpital, 2000

 

































E x p o s i t i o n s    c o l l e c t i v e s
__________________________________________________

  • Liège, Orpheu Galerie, 2005, 2006, 2008, 2009, 2010, 2011
  • Vendas Novas, Portugal, 2009
  • Herstal, arslineandi, hors d’œuvre d’artistes 2003, 2004, 2005, 2007
  • Olne, Salon international des Arts, 2003
  • Ans Alleur, Centre Culturel, 2001, 2003, 2005
  • Liège, Médiathèque, 2000
  • Redu, Livres d’artistes, 2000
  • Amay, Centre Culturel, 2000
  • Fléron, Parcours d’artistes, 1999
  • Liège, P V Assurances, 1998


Prix : Olne, Salon international des arts, Médaille d'argent, 2003.



L e s    P a s t e l s                        







































Eliette Gouhie, pastels, formes et couleurs
_____________________________________________

Sous le velours des pastels d'Eliette Gouhie, réside un petit univers, à chaque fois singulier, qu'un peu d'imagination permet de découvrir, pourvu qu'on se donne la peine de vagabonder entre éclats de lumières, masses sombres et entrelacs aux humeurs variées.
L'aspect est dépouillé, elle le revendique. Mais il n'en est pas simpliste pour autant. L'artiste travaille par étapes jusqu'à ce que les contours s'épurent et que les tonalités de surface se parent de nuances, qui, sans le soutien de celles qui précèdent, y perdraient de leur saveur particulière.
Si elle ne dédaigne pas le qualificatif de « décoratif », pas question non plus d'être creux. Elle  s'attristerait si l'on n'y voyait que cela. C'est entre ces marges qu'Eliette Gouhie insère son travail.
Tout commence chez elle par une alchimie de cartons, patine et papiers de soie. Chiffonnades et épaisseur de cette architecture de base ne sont pourtant qu'un prélude à son travail de prédilection, celui qu'elle consacre à la couleur.
Ici encore, elle ne déroge pas à sa manière de faire. Couche après couche, elle entame un jeu de transparence entre les diverses strates de pastels appliquées par étalements successifs. Jusqu'à obtenir le ton exact, jamais formaté, toujours spécifique, qui lui convient et qui, sans cette qualité de conjugaison et d'interférence ou de chocs entre les couleurs ne donnerait pas à l'oeuvre le résultat jugé satisfaisant par l'artiste.
Se pose ici la question de savoir s'arrêter à temps. Ce moment délicat, elle le choisit quand elle estime que son travail n'y gagnerait plus en qualité, qu'il en est arrivé à un stade où il se trouve nettement meilleur que l'instant d'avant. Subjectif ? N'est-ce pas le propre de l'art ?
Quant au point de départ, il n'en est que plus fugace encore : une impression, une image saisie au vol, un morceau de paysage ou d'anatomie peuvent attirer l'artiste dans son atelier. Commence alors le processus d'élaboration où le travail « se fait en se faisant », prend des voies détournées, expérimente un contraste inusité, accepte un contour surgi du hasard, jusqu'à ce que l'ensemble s'équilibre en un tout cohérent. Lors de la mise sous cadre, le carton est souvent loin de ressembler à ce qu'elle en espérait au moment de sa première intervention. Si les chemins de la création sont sinueux, ils y trouvent aussi leur richesse.
Louis Simaÿs (21/03/2011)













« Bien que de petits formats, ses pastels s'organisent en espaces monumentaux, non-seulement en surface mais aussi en profondeur, car l'artiste prépare soigneusement ses supports par patines et collages de papier de soie sur carton, ce qui donne cet étonnant mouvement du fond vers la surface à ses fragments de réalité (paysage, objets, anatomies...) abstractisés en formes essentielles par le cadrage qu'elle adopte... » (J. Rousseff, 2004)



















« Eliette Gouhie met en valeur par un sobre habillage, de séduisantes petites compositions au pastel. Jeux de couleurs dans des formes parfois soulignées d’un trait, ces travaux recèlent un dynamisme d’autant plus surprenant que, bien souvent, le pastel semble ici jouer sur des transparences qu’on ne lui connaît généralement pas .. » (Albert Moxhet)



L e s   P e i n t u r e s                   

 































 




« Sa peinture est intuitive et, si la couleur est son point de départ, c'est pour aboutir, après diverses étapes, à une harmonie des formes et des couleurs…» (Jean Honhon)
















 























Textes et reproduction de tableaux restent la propriété de l'asbl Culture Plus et des artistes et ne peuvent être utilisés sans leur autorisation.